Riens du tout

Publié le par astheny

Oui, les plus perspicaces d'entre vous se rendront compte que j'ai honteusement copié le titre de cette note sur un film de Cédric Klapisch. Mais bon, ça va, je le connais, il m'en voudra pas trop.

Alors, alors, dites moi les enfants, ça fait un moment que j'ai pas posté, on dirait ? Mais qu'est-ce que je deviens donc ? Quelle mystère cache cette disparition ? Comment se fait-il ? Pourquoi ?
Autant de questions qui trouveront ici des réponses (réponses qui, je préfère vous prévenir à l'avance, seront d'un pathétique fortement prononcé).

Mais avant ça, j'aimerais quand même signaler que grosso-modo, mes statistiques de visiteurs se maintiennent. Alors que j'écrive ou que je n'écrive pas, les gens s'en tapent. Je sais pas trop pourquoi ils viennent ici. Pour admirer la bannière ? Pour utiliser les liens sortants ? Ce que j'écris a finalement peu d'importance. Imaginons là, au milieu d'une phrase, je xchje kdelo q tbirte beimpsaz qe sje, est-ce que quelqu'un va s'en rendre compte ? Pas sûr (du moment que c'est bien planqué au milieu d'un bloc de texte, ça passera comme une lettre à la poste).

Bon et ma disparition alors ?
En ces fins de périodes estivales (mais si, mais si, c'était l'été là, vous avez pas vu ?), les gens qui reviennent sur leur blog après une longue absence disent généralement : "ah, je suis de retour de vacances, j'ai plein de trucs à vous raconter !".
Et ben moi, non et non.
Je ne suis pas parti en vacances et je n'ai rien à raconter.
En fait, ma vie est tellement naze que j'ai même pas de quoi alimenter un blog avec, c'est quand même ouf. Je veux dire, le blog c'est fait pour ne rien dire et je fais tellement rien que j'arrive même pas à combler avec du vide (oui, cette phrase ne veut sans doute rien dire au final, mais elle a été trop dure à taper pour que je corrige).

Du coup, si ce blog a été à l'abandon, ce n'est pas parce que j'étais trop occupé. Non. C'est parce qu'au contraire, je me suis enfoncé dans un abime (un ? une ? je sais jamais) d'inactivité.
Ca craint tellement que j'en viens à parler du beau temps sur mon blog.
(oui je l'ai fait, si vous n'avez pas capté : vous me faites bien rire, je pourrais taper n'importe quoi que vous le remarqueriez même pas, hein ? enfin j'aurais pas une idée aussi saugrenue)

Du coup là...
Le petit curseur clignotte, je sens qu'il a envie que je tape des trucs mais...
Honnêtement...

Alors bon, je pourrais faire des trucs pour ce blog, forcément. Je pourrais lancer un concours "donnez moi un sujet à traiter en commentaire !". C'est ce que j'aurais fait du temps où j'étais inspiré. C'était bien mon style, ça.
Mais bon, là, je sais pas... J'ai moyennement la foi en fait.

Bon, pour ceux qui ne lisent pas, je vais résumer cette note en quelques mots clés : "je ne sais pas".

Publié dans Reportages sur ma life

Commenter cet article

celebelda 05/09/2007 12:28

C'est assez proche de ma conception de l'hibernation estivale, en fait.  J'ai bien envie de te donner un sujet à la con pour t'obliger à pondre quelque chose dessus. Mais je le ferais uniquement avec ton accord ^^

Isabelle 04/09/2007 10:46

bonjourje découvre ton blog et te lis pour la première foisfinalement je trouve tes propos rassurantsmoi qui ai peu à dire en généralmais qui alimente mon petit blog quand mêmetant bien que malmais ce que je lis chez toi est bien écrit et l'humour ça réconfortealors je reviendrai

Alx 04/09/2007 09:07

Je sais pas pour les autres, mais moi je te lis, en particulier quand je déprime, et ça me remonte bien souvent (au moins un peu) le moral.Disons que je sais où venir quand ça va pas.A bientôt.