Back in business

Publié le par astheny

Ouais ok, ça fait longtemps. Trèèèèès longtemps même. On peut le dire, je vous ai complètement négligés ces derniers temps, et vous avez toutes les raisons de m'en vouloir.
(au passage, j'ai l'impression de souvent commencer mes notes comme ça, je dois être un peu maso quand même)
Bon, comme d'hab, j'ai une bonne excuse (naturellement) : en ce moment, je cherche un stage. Et bon, forcément, je vais vous raconter un peu.

Alors la recherche de stage, c'est rigolo. Enfin non. C'est plutôt triste, c'est déprimant, c'est décourageant, on se sent comme une grosse merde à peu près 24/24 et je suis à deux doigts de la dépression nerveuse. Mais vu que c'est un blog, on prend la life on the bright side, on recule de trois pas, et on regarde ça avec un oeil amusé.
(parce que sinon, on se tire une balle)

Tout commence par la recherche d'offres.
Alors là, vous avez un outil extraordinaire, c'est Internet. Il est tellement extraordinaire que les entreprises en usent et abusent. Ben oui, elles postent une offre de stage, savent qu'elle va être lue direct par trop de people, qu'ils vont avoir des réponses immédiatement et en masse.
Du coup, les entreprises ont arrêté de se faire chier. Dans le temps, pour trouver un stage, fallait s'y prendre genre 3-5 mois à l'avance pour la demande. Maintenant, si vous matez les offres 3 mois avant, vous ne trouverez que des trucs qui démarrent la semaine précédente : "ouais ouais, on est en février, on poste un truc qui démarre en janvier, et on en a rien à foutre si tu veux prévoir en avance ton stage pour mars".
Ca c'est les joies de l'automatisation.

Par contre, le truc rigolo avec Internet, c'est qu'on repère assez rapidement les entreprises de gros batards. Plusieurs profils :
- l'entreprise "je ne paie qu'un employé, c'est celui qui poste les offres de stage" : Cette entreprise ne fonctionne qu'avec des stagiaires. Ben oui, c'est pas cher et ça ouvre pas trop sa gueule un stagiaire. Du coup, elle est présente sur tous les sites d'offres de stage, sur tous les forums d'école, vous trouvez facilement une cinquantaine d'offres de stage pour cette entreprise dans des secteurs complètement différents, toutes à la suite et remises à jour régulièrement.
- l'entreprise "la discrimination, ça a du bon" : Généralement, elle demande simplement de coller une photo sur le CV. Mais bon, dans mes recherches, je suis tombé sur pire. C'était un formulaire automatique à remplir : nom, prénom, adresse, nationalité... Euh, attendez une seconde... Dans" Nationalité", on me propose "France" et "France métropolitaine" ? C'est quoi la différence de nationalité entre les deux exactement ? Vous cherchez quoi en faisant la distinction ?
- l'entreprise "rationnalisation des coûts" : Ca se résume en une phrase : "venez faire un stage très complet d'un an dans notre organisation (payé au tiers du SMIC)". Ben ouais coco, déjà je fais la gueule quand je vois 4 mois payé 300 euros, alors un an...
- l'entreprise "démerdez-vous" : Pour celle-ci, vous ne trouvez jamais directement la page de recrutement. Après d'âpres recherches et de chemins détournés, vous arrivez dessus et c'est un formulaire trop mal foutu qui ne cadre pas du tout avec votre profil. Vu qu'il n'a pas été mis à jour depuis 3 ans, il n'y a pas prévu de faire un Master2, par contre vous avez 4 ou 5 types de DESS et vous savez pas lequel choisir. Bien évidemment, il ne connaît aucune Université en dehors de Paris, il oblige à remplir toutes les cases (vas-y, invente toi cinq expériences professionnelles sinon tu ne continues pas la procédure) et, de toute façon, le truc plante à la fin et n'envoie jamais la candidature.

Avec quelques difficultés et réticences diverses, vous parvenez à postuler à des offres (juste pour le fun, je conseille la lecture des offres pour commerciaux qui sont bien tordantes, ça parle de conquérant et tout, non mais au secours le culte de l'égo quoi).
Il y a plusieurs choses à savoir sur la façon de postuler.
Déjà, quand vous avez encore du temps devant vous, vous êtes sélectif : "pas question d'aller travailler dans une entreprises pharmaceutique et, ah ! Dassault, tu peux bien aller te faire enculer". Et puis, au fûr et à mesure du temps, vous vous retrouvez à mater les offres sur le Figaro Etudiant et à envoyer votre CV à TF1. Vous avez honte mais... Vous perdez toute dignité à mesure que le temps passe.
Autre chose : il y a toujours un moment (voire plusieurs) où vous vous merdez dans l'envoi de CV / lettre de motiv : "oh putain, j'ai pas changé le nom de la compagnie avant d'envoyer mon CV, j'ai Coca Cola Entreprise sur ma lettre pour Pepsi Co" ; "et merde, y'a une vieille faute d'orthographe qui traîne sur le CV depuis 1 mois, je comprends pourquoi personne m'appelle".
Mais tout ça, encore, c'est pas très grave puisque les 4 cinquièmes de vos envois resteront lettres mortes.

Et c'est pour ça que vous êtes tout heureux quand vous recevez votre premier mail générique de refut. Ok, on vous a jeté comme une merde sans même prendre la peine de rédiger un truc personnel, mais au moins, ça prouve que quelqu'un, quelque part, a reçu ce que vous avez envoyé, et c'est quand même vachement rassurant.
Ensuite, les refuts s'accumulent dans votre boîte mail et vous ne trouvez plus ça aussi fun.
Et vous commencez à avoir de vieux doutes bien cons. Vous revérifiez plusieurs fois que vous ne vous êtes pas trompé de numéro de téléphone sur votre CV, vous vérifiez également que votre portable ne bloque pas les numéros inconnus / cachés, vous retravaillez 15 fois votre lettre de motiv (ce qui va être source de problème au niveau de sa cohérence, donc faudra la refaire une 16ème fois), vous virez des trucs de votre CV et en ajoutez d'autres, à titre d'expérience...

Et hop, un jour, incroyable, une nana des RH d'une entreprise vous appelle (oui parce que généralement, les RH c'est des nanas, plutôt jeunes et jolies, histoire que vous soyez tout gentil quand elle vous dit de dégager).
Et là, elle vous fixe un entretien. C'est là que le vrai fun commence.

Déjà, il faut bien s'habiller. Parce qu'évidemment, l'habit fait carrément le moine et franchement, est-ce que quelqu'un qui ne porte pas un costard peut vraiment faire du bon travail ?
Je ne sais pas d'où vient cette tradition ridicule du costard. Je veux dire... C'est pour montrer qu'on est prêt à tout pour l'entreprise qu'on va même jusqu'à se nouer une laisse - pardon, une cravate - autour du cou ? On ne peut pas envisager que les vêtements, c'est le détail le plus secondaire possible quand on veut jauger quelqu'un ? Apparemment non.
Bien entendu, votre entretien est à l'autre bout du monde. (ou bien de l'autre côté de Paris, ce qui revient au même au niveau du temps de trajet). Du coup, vous êtes levé à 5h00, parti à 6h00 et à 9h45, vous essayez toujours d'entrer dans un RER A en direction de la Défense (enfin si vous avez besoin de contact humain, c'est le lieu et l'heure idéale).

Pendant l'entretien, on va vous poser des questions stupides, et la décision se fera sur des critères encore plus stupides. Par exemple, l'une des règles de l'entretien est de ne pas se répéter. Si l'on vous demande "vos qualités", qu'ensuite, on vous demande "ce que vous pourrez apporter au projet" et qu'enfin, on vous demande "pourquoi on vous choisirait vous et pas un autre", il ne faut surtout pas que les réponses se croisent, sinon vous êtes disqualifié. C'est ridicule ? Tout à fait, bienvenue chez les RH.
De la même manière, quand on vous demande vos défauts, on ne vous demande pas vraiment vos défauts. La vraie question serait plutôt : "citez un défaut mineur que vous n'avez pas mais sur lequel vous allez pouvoir enchaîner en montrant que ça peut aussi être une qualité". Vous le savez, la nana des RH le sait, mais c'est pas grave, il faut quand même perpétuer la mascarade.
Ah, et bien sûr, lorsqu'on vous demande si vous maîtrisez tel ou tel outil (plutôt dans l'entretien avec le futur responsable du stage), il ne faut pas répondre "non mais toi non plus tu ne le maîtrisais pas quand t'es rentré dans la boîte, et t'as appris sur le tas non ? bon ben voilà, me fais pas chier", même si vous en avez très envie.
Aussi, lorsqu'on vous demande si vous avez des questions, il ne faut pas répondre : "non, tout était très clair, je vous remercie". Le fait de comprendre ce que la personne vous dit, et de connaître la mission pour laquelle vous postez, c'est disqualifiant. Il faut donc poser quand même des questions, même si vous connaissez déjà les réponses, parce qu'il faut se montrer "intéressé".
A la fin de l'entretien, la nana des RH vous dit qu'elle vous contactera dans les jours qui viennent pour une réponse. Elle ment. Au mieux, elle appellera la semaine suivante, si elle appelle un jour. En fait c'est à vous d'appeler pour montrer que vous êtes trop motivé, mais ça elle le dit pas, chut, c'est un secret.

Parfois, vous avez également un entretien avec le responsable du stage, un (ou plusieurs) type avec lequel vous êtes censé travailler si vous êtes pris.
Et c'est souvent à ce moment là que vous avez un gros doute sur votre place ici.
Il y a plusieurs raisons à ça, mais la principale, c'est que vous avez souvent à faire avec des gros vieux beaufs. Genre vous répondez au question, vous avez l'air intéressé et à l'intérieur de votre tête, vous entendez un "Aaaaaaaaaaaaah ! Au secours !!! Sors de là !!" et vous vous sentez comme Romain Duris à la fin de l'Auberge Espagnole (sauf que dans la vraie vie, vous n'arriverez pas à gagner de l'argent en devenant écrivain donc vous ne partez pas en courant sur une musique de Darft Punk).

Et après cette démonstration d'hypocrisie dégoulinante des deux côtés, généralement, on vous dit qu'en fait non, il y a quelqu'un qui correspond mieux au poste.
Et forcément, vu la qualité des critères de sélection, c'est forcément vrai...

Commenter cet article

ugg bottes 14/10/2010 12:54



11h41: Une crise, mais à 95 livres, il est environ 30 livres de plus que je n'ai jamais consacré à un cavalier. Ignorant les conseils de Stefanie sur les bottes neige, je l'achète. Sur le téléphone pour Stefanie, j'apprends qu'elle a déjà acheté ses bottes ugg.



Christian louboutin 11/10/2010 13:54



BOTTES ET Louboutin 1. Imelda Marcos, 2. Nottingham; 3. Nancy Sinatra, 4. Général Custer, 5. Christian Louboutin ; 6. Patrick McNee et Honor Blackman, 7. Eve Trevor; 8. Lewis Carroll; 9. Adam and the Ants, 10. Little
Boots.



comptable 20/09/2010 15:36



En lisant votre article, je me rends compte que trouver des stages en France ou ailleurs est pareil. On rencotre beaucoup de difficultés à en trouver. J'ai eu beaucoup de mal à trouver des stages
dans le domaine comptable, pourtant dans beaucoup d'entreprises, on a toujours besoin d'un comptable, et un petit stagiaire serait le bienvenu (je pense) car il va faire toutes les saisies
comptable, ... De plus, l'entreprise n'est pas obligé de rémunérer le stagiaire.



Petite Merde 11/02/2008 12:33

Ah ben te revoilà!Merci petit Jésus, je n'ai pas eu à chercher un stage dans ma vie! Je ne te propose pas de stage dans ma boîte, tu connais suffisamment notre présidente ;-)

KesJendi 09/02/2008 11:34

En fait le costard est là pour rendre crédibles les types qui dirigent et/ou recrutent, aux nez desquels on rigolerai s'ils se pointaient sans tellement ils ressemblent à rien, ou plutôt à tout le monde.