Donjons et Dragons !

Publié le par astheny

Ca fait longtemps que j'ai pas fait une petite critique ciné (je dis ça comme s'il futun temps où j'en faisais régulièrement, alors que je suis pas sûr d'en avoir fait plus d'une en tout et pour tout, mais bref).
Réjouissez-vous donc ! Parce que comme je suis à sec niveau idées, je vais en faire une petite ce soir.



Figurez-vous que récemment, j'ai regardé Donjons & Dragons 2 : la Puissance Suprême. Bon alors, je sais pas si vous suivez de près les films d'Heroic Fantasy, mais après le succès de ouf qu'a eu le Seigneur des Anneaux, y'a des petits malins qui se sont dit qu'ils allaient surfer sur la vague et ils ont pondu une adaptation du jeu de rôle Donjons & Dragons. Ca a donné un film bien bien merdique, où les acteurs se ridiculisaient pendant près de deux heures de péripéties aussi invraissemblables que pathétiques.
Bon ben voilà, la Puissance Suprême, c'est la suite.

Alors cherchez pas, c'est arrivé directement en DVD sans passer par la case cinéma, ce qui veut dire aussi qu'ils ont pas gagné un gros budget pour le faire et que ça se voit. Concrètement, on a du filer 15 dollars et une boule de pétanque au réalisateur. La boule de pétanque, c'est devenu l'artefact d'ultime puissance du film (je ne déconne pas, jugez par vous-même) et les 15 euros ben... C'était pour le reste. Donc bon, je ne vais pas revenir chaque fois sur le peu de crédibilité des monstres, accessoires ou effets spéciaux divers, mais faut imaginer ça super cheap.

Bon, avant de partir dans un grand étalage d'ironie cruelle, de critiques acerbes, de piques sournoises, reconnaissons une chose au film : il est extrêmement fidèle au jeu de rôle. Tellement fidèle que je me demande si les auteurs ont pas juste adapté leur dernière partie pour en faire un film.
Un grand méchant qui va détruire le monde, une quête difficile réservée à un petit groupe pour l'arrêter, la sélection des personnages très classiques (le guerrier, la barbare, le roublard, la magicienne, le clerc)... Le voleur désactive les pièges et ouvre les serrures, le clerc repousse les morts-vivants, la magicienne a des sorts mémorisés limités ("ah désolé, je n'ai que deux sorts de téléportation"), la barbaresse passe en rage berserk et ne se contrôle plus... Franchement, c'est vraiment les préoccupations du jeu de rôle qu'on retrouve (genre les 5 héros devant le mec qui leur explique la quête, c'est trop jdr comme scène).

Bon l'histoire...
Alors le sous-boss chauve du premier film est pas mort (Damodar il s'appelait). Il est juste tout pourri par une malédiction et du coup il est pas content. Bizarrement, il n'a plus les lèvres bleus, ce qui a pour effet de le rendre moins ridicule mais aussi de lui enlever la seule particularité qu'il avait. Bon, comme c'est un super méchant, il récupère un artefact ancien qui permet de réveiller un dieu Dragon Noir du mal absolu pour qu'il nique toute la terre. Comme Damodar est rancunier, il balance aussi la malédiction qui le touchait à une ancienne ennemie, une magicienne, histoire qu'elle pourisse et qu'elle meure petit à petit (on est jamais trop prudent : imaginez le super dieu Dragon Noir du mal absolu, il nique toute la terre sauf elle, bon ben là, ça va, grâce à la malédition, elle crèvera quand même).

La magicienne en question et son boyfriend Berek, un ancien soldat, découvrent qu'il y a un truc pas net et préviennent le Conseil des Mages qui vont réunir un groupe pour aller chouraver le globe de contrôle du Dragon à Damodar.
Petite présentation du crew :
- Berek donc, le chef. C'est un combattant mais qui se croit trop vieux pour ces conneries (comme Danny Glover). Il se fait d'ailleurs battre au combat par son élève au début du film, mais comme son élève est pas là au moment de partir pour la quête, bon ben c'est lui qui y va.
- Lux, la barbaresse. Alors elle, elle est traumatisée parce que son frère, un barbare aussi qui ne pouvait plus se contrôler, s'est fait buter par Berek. Elle en veut pas du tout à Berek, ce qui prouve que les barbares sont capables de sang-froid et de philosophie, mais on sent qu'elle a peur de se laisser dominer par sa rage aussi. Hmmm... Bon, en fait, on le sent pas tant que ça et ce trait de caractère n'est pas vraiment joué par l'actrice, mais j'ai envie de croire que c'était le but, parce que sinon l'histoire du frère et tout, ça sert vraiment à rien.
- Ormaline, l'elfe magicienne. Je ne sais pas si les auteurs avaient quelque chose contre les elfes, ou si leurs persos préférés s'était fait buter par un mage dans une partie, mais putain, Ormaline, c'est le souffre douleur quoi. Genre pendant l'aventure, elle perd son familier oiseau qui est son ami depuis son enfance (et quand on sait combien de temps vit un elfe, ça peut être long) et qui se fait rôtir par un piège tout merdique. Comme ça suffit pas, plus tard, elle téléporte le groupe et comme elle se merde dans la téléport, elle se retrouve avec un bras coincé dans un mur, que Berek doit amputer.
- Nim, le roublard. Lui, il a la classe. Déjà, il se fout de la gueule de la magicienne quand son familier crève comme une merde et puis c'est l'individualiste du groupe, qui ne travaille que pour sa gueule. Le problème, c'est qu'en l'espace d'un jour de vie commune, il va trop kiffer le groupe, qui est sa seule famille, etc. Revirement de caractère en moins de 24 heures, toujours crédible.
- Dorian, le clerc. Pour résumer, il ne sert à rien. Non mais regardez sa gueule déjà, ils ont pris l'acteur le moins charismatique du monde, ils lui ont peint le crâne de deux traits de gouache, et c'est parti ! Il est tellement naze qu'il se fait crever super vite, transformé en Mister Freeze par un dragon de glace. Et très franchement, on se rend pas trop compte qu'il est plus là ensuite.

Je vous passe les détails. Le groupe passe dans une forêt où ils rencontrent une liche et devant laquelle ils fuient.
Alors là, je dirais que c'est la grosse infidélité au jeu de rôle. Dans un vrai jdr, quand les joueurs sont en face d'un streum, ils foncent dessus comme des cakos pour le buter, jamais de la vie ils fuient (surtout dans D&D).
Bref, ils se cassent.
Comme la Liche est une grosse rapporteuse, elle va cafter à Damodar (le méchant chauve, suivez un peu !) qu'un groupe arrive pour l'arrêter et lui offre ses services. Damodar se méfie de la Liche mais bon, il accepte quand même son aide (parce qu'on a beau contrôler un dieu Dragon Noir du mal absolu, on sait jamais). Souvenez-vous bien de cette Liche, parce que c'est un grand mystère à résoudre en fin de post.

Bon blablabla, les groupe arrive dans un village tout niqué, ils butent un dragon, ils vont dans un donjon, découvrent où est planqué Damodar (la Liche le savait apparemment, c'est con qu'ils lui aient pas demandée), se téléportent là-bas, arrivent à récupérer le globe de pouvoir et à s'enfuir avec (au passage, on se rend compte que Damodar est le magicien le plus merdique du monde puisqu'il arrive à peine à se défendre, mais bref). Le clrec est mort, le roublard est blessé, la magicienne a un bras en moins et la barbaresse se péta contre des monstres volant, donc y'a que Berek qui ramène l'artefact au Conseil des Mages.
Le dragon, lui, est réveillé et est en train de tout niquer c'batard.
Pendant ce temps, la nana de Berek (qui est en train de pourrir petit à petit) a découvert une ancienne magie qui peut arrêter le Dragon du mal et ça tombe bien parce que quand ils essaient de sceller l'artefact, ça marche pas. En plus, la Liche, qui a pris la place du chef du Conseil des Mages, leur quiche tous la gueule et se barre avec le globe pour le rendre à Damodar (notez bien ça aussi, ça renforce le mystère). Notons qu'une seule Liche a niqué TOUT le Conseil des Mages qui était protégé par la garde, elle-même dirigée par l'élève de Berek. Autant dire que c'est vraiment un monde de pov'gars.

Bon, la nana de Berek active l'ancienne magie de ouf malade anti dieu Dragon Noir du mal absolu, mais comme elle est pourrie par la malédiction, elle est pas assez balaise pour l'utiliser. Berek va donc péta la gueule de Damodar qui attend tranquillement pas loin de là. Il demande à la Liche d'arrêter Berek et là... Ben la Liche lui dit non, qu'elle kiffe l'air d'ahuri de Damodar à ce moment et se casse (on y reviendra après).
Damodar, qui est le magicien qui a le moins de pouvoir du monde, ne fait absolument rien pour stopper Berek (et la barbaresse qui est réapparue). Menacé, il vire la malédiction et la nana de Berek retrouve toute sa puissance. Elle est tout en haut du Donjon et fight le Dragon, ce qui fait que le titre est super bien trouvé du coup (bon, je sais que donjon est une mauvaise traduction pour dungeon, et que donc en vo, ça fonctionne pas). Le Dragon se retrouve enfermée dans un lac et Damodar en taule.

Et là, vous êtes en train de vous dire : "Ah ouais, quand même, c'est bien merdique ce film". Et ben figurez-vous que le pire, c'est qu'en fait, il est mieux que le premier.

Mais une question reste en suspens : c'était quoi le but de la Liche exactement ?
Elle se met au service de Damodar et l'aide à réveiller le Dragon. Et quand elle a juste à lever le petit doigt pour arrêter Berek et que le Dragon continue à tout bousiller, elle fait rien. Mais si elle voulait que le Dragon fasse rien, pourquoi elle a ramené le globe ? Elle a gagné que dalle dans l'histoire quoi, elle aurait rien fait, ça aurait été la même.
J'espère qu'il va y en avoir un troisième pour éclaircir ce point obscur.

Commenter cet article

Katounette 20/03/2009 20:11

Belle description du film.Pourtant, j'aurais bien aimé une 'tite photo du Liche, j'aime ben sa tête d'abruti-heureux :)Tu peux m'aider à trouver ça?Je déconne, je vais me débrouiller. :DBizzz (truc amical ... ou mon réflexe de nympho :$ )

clic 26/06/2007 22:39

juste un petit rajout: ce film est bien sorti en salle et les commentaires sur allocine m'ont fait rire aux larmes.http://www.allocine.fr/film/critiquepublic_gen_cfilm=108636¬e=0&page=1.html

clic 26/06/2007 22:22

Ouh là... ça a l'air digne du premier épisode. Mais le top, dans le premier épisode, c'est qu'ils avaient voulu garder l'esprit jeu de rôle: tous les personnages avaient des noms super pourris. C'est vrai que souvent à une table, les PJ ont des noms pourris, mais là, y avait des trucs énormes, genre le méchant il s'appellait couillus ou un truc comme ça...Oups, excusez moi, je viens de faire la recherche: le méchant s'appellait Profion...Profion...Imaginez deux minutes un dialogue avec un méchant qui s'appelle Profion et essaye d'avoir l'air méchant, solennel, inquiétant...

Dame G 25/06/2007 14:43

Alors là j'dois dire qu'ils ont fait fort, parce que j'ai absolument rien compris à l'histoire (c'est peut-être toi qui raconte mal, note.). J'aimerais quand même bien mater le premier, parce que je me souviens avoir lu quelque part que "Incontrolable" (sii, un film de merde avec Mickael Youn) était le pire film du monde... après Donjons et Dragons. J'imagine d'ici le chef d'oeuvre.M'enfin, tout ca ca me fait me dire : quand est ce que je recois mon coffret de la trilogie Evil Dead putain ??

Willywalt 25/06/2007 11:35

Franchement, c'est bien des complications pour une boule de pétanque, non ?...