Con court toujours

Publié le par astheny

Ralala... Je voulais choper la jolie date du 14 février et je l'ai ratée.

Je suis emmerdé parce que je voulais poster un super article bien larmoyant, genre "ouin, encore une Saint Valentin sans Valentine, en plus je suis une merde parce que j'ai raté mon concours ce matin, j'ai pas d'avenir, bouhouhou".
Mais bon là du coup, le 15 février, ça n'aurait pas de sens de pondre ce genre de mélo, donc je me retrouve sans rien à dire. (j'ai tenté de faire quelque chose du genre "ouin, encore une Saint Claude sans Claudette", mais étrangement ça ne fonctionne pas aussi bien).

Qu'à cela ne tienne ! Je suis quelqu'un plein de ressources, donc coup de baguette magique, je chope une partie de mon article, je le passe en mode "comédie" et paf !
(bon, voyons ce que ça donne)

Ces deux derniers jours donc, j'ai passé un concours. Ben ouais, j'ai beau avoir une confiance aveugle dans les études que je fais (erm erm), je prépare quand même un truc un peu plus sûr. Quel concours vous demandez-vous ? Et bien la réponse tout de suite, en musique :



(je  n'ai qu'une très vague idée de la provenance de cette chanson, énorme au passage, mais si vous avez des pistes pour féliciter l'auteur, je suis preneur)

Je ne vais pas la jouer suspens de western, genre à mater trois heures la scène du duel au soleil alors qu'on sait bien que c'est Clint Eastwood qui va mettre l'autre sévère : j'ai complètement foiré. Limite j'ai failli pas y aller ce matin tellement c'était pas la peine.
Mais bon, je vais quand même vous raconter un peu les à côtés du concours.

Déjà, quand vous passez un concours, vous recevez une convocation et quand vous lisez ladite convocation, vous tombez sur le matériel autorisé. C'est très précis, ça ne rigole pas : par exemple, vous avez le droit à un crayon de papier HB ou 2B. C'est tout pour les crayons à papier, le reste est proscrit. Je me demande ce qui se serait passé si un rebelle s'était ramené avec un crayon 2H.
J'imagine bien la scène avec le surveillant qui s'approche du candidat fan de pointes sèches, brisant théâtralement l'objet du délit sur son genou avant d'exclure le malfrat.

Muni de votre convocation, vous pouvez vous rendre à la maison des examens (qui devrait plutôt s'appeler le putain de palais des examens tellement c'est immense). Il vous faut bien votre convoc', parce qu'à l'entrée, y'a des gros vigiles qui vous regardent méchant si vous agitez pas votre papier rose devant leur nez.
Je pense qu'il est véritablement indispensable d'avoir cette protection à l'entrée, des fois qu'un mec essaie de fourber et de passer un examen sans être convoqué. Ca doit arriver très souvent.

Le concours est censé démarrer à 9h00, mais on vous a clairement indiqué que vous deviez être présent trois quarts d'heure avant l'épreuve. Vous avez bien senti venir le coup de l'arnaque, genre à poireauter comme un blaireau devant une porte close mais bon, vous allez pas prendre le risque d'être en retard hein ?
Ben bravo Madame Soleil, vous aviez raison. L'aile D est définitivement fermée et vous avez plus qu'à attendre que quelqu'un daigne l'ouvrir. Ce qui n'arrivera pas avant une bonne demie heure d'attente dans le froid et sous la pluie.
Cela dit, c'est peut-être une première épreuve pour apprendre aux futurs CPE les conditions de surveillance de récréation.

La salle vous est ouverte !
Ou plutôt les salles, car apparemment, y'a pas mal de candidats. Les salles ont beau être énormes, il y en a au moins 4 ou 5.
En plus, les salles sont high tech. Vous qui êtes habitués aux salles d'exams miteuses de votre fac, avec l'horloge qui pointe depuis 3 ans la même heure, vous êtes tout surpris en voyant un affichage digital de l'heure qui semble coller avec ce qu'annonce inlassablement l'horloge parlante.
Enfin vous la voyez pas longtemps puisque juste devant vous, c'est carrément Miss Hulk qui s'installe, 3 mètres 10 et une touffe de cheveux qui donne pas envie d'être réincarné en peigne.

C'est le moment où les surveillants vous annoncent le règlement. Les surveillants, y'en a six mais y'a quand même un président de salle parmi eux. Parce qu'à six, ils sont sans doute incapables de se mettre d'accord sur qui fait quoi, donc faut impérativement une hiérarchie.
Le règlement, tout le monde le connaît, mais ils le disent quand même. Donc on vous annonce que vous n'avez pas le droit de téléphoner pendant l'épreuve, des fois qu'un candidat se soit cru chez Jean Pierre Foucault et ait voulu utiliser l'appel à un ami.
On vous dit aussi qu'il faut éteindre les portables et vous savez que cette recommandation est vaine. Depuis que Dieu (ou Ericsson, je sais plus) a inventé le téléphone mobile, il y en a toujours eu un qui a sonné pendant chaque examen de la Terre. C'est une règle universelle et elle a été une fois de plus vérifiée durant les deux épreuvres.

Là, surprise, vous entendez tout à coup une voix surgie de nulle part qui prévient les surveillants qu'ils peuvent ouvrir les sujets. Vous comprenez rapidement qu'une nana, quelque part dans le putain de palais des examens, est en train d'annoncer à toutes les salles en même temps le top départ de distribution des sujets.
Ben oui, des fois qu'il y ait deux minutes de décalage entre deux salles, imaginez le drame.
Lorsqu'ils distribuent les sujets, vous vous demandez si les surveillants ont été sélectionnés sur leurs aptitudes à filer tel le vent dans les rangées. Ben oui, ce serait vraiment trop con de synchroniser la distribution des sujets et que cette distribution prenne plus ou moins de temps selon la salle.
Bon, après avoir observé que les surveillants dans une même salle n'arrive pas aux bouts de rangée au même moment, vous en concluez que si en fait, c'est con.

Comme vous n'êtes pas moqueur, vous décidez de ne pas parler de cette candidate à la démarche étrange. Vous vous demandez si elle porte des talons pour la première fois de sa vie ou si, naturellement, elle marche comme si elle faisait du ski de fond. Oui oui, même le mouvement des bras vous y fait penser.
Vous ne pouvez vous empêcher d'espérer qu'elle ne passe pas le concours, parce que si elle devenait CPE avec sa démarche, c'est sûr qu'elle se ferait caillass' la tronche dès qu'elle mettrait le nez hors de son bureau.

Bon là, vous êtes au début de l'épreuve et la fin de la note.
C'est un peu comme l'Ouroboros, le serpent qui se mord la queue. Tant de symbolique... C'est beau.

Publié dans Reportages sur ma life

Commenter cet article

pikipoki 17/02/2007 18:58

Ah tiens oui je n'avais même pas fait attention. Note tout de même qu'on pourrait considérer que le sujet est cheveux. Même si ce serait un peu tiré par ...

bidilove 16/02/2007 11:27

tu nous tiendras au courant du resultat !!!
bye claude (genre la fille qua rien capté!)

astheny 16/02/2007 08:45

Sarah > Ben ça m'a traversé l'esprit oui, sauf que ça m'a l'air quelque peu compromis.Mayah > C'est pas que je l'ai oublié, c'est que ça ne m'est pas arrivé, mais c'est vrai que c'est un grand classique bien ridicule. Alors comme ça tu reviens sur les blogs ?Elloellitéaaaaa (j'ai du mal avec tous les changements de pseudo) > Comment ça CPE n'est pas un avenir décent ? En fait c'est mon côté redresseur de torts, dans toute ma scolarité j'ai vu un énorme décalage entre élèves et monde enseignant, et je veux être celui qui changera ça ! (sauf qu'en fait non)pikipoki > Tiens le copier coller me montre une jolie faute, va falloir que je corrige (a priori c'est plutôt "touffe" le sujet de la phrase)Acet'> J'ai été dans plusieurs facs et j'ai toujours constaté ça, donc je pense qu'il s'agit d'une loi de l'univers.

Acet' 15/02/2007 23:19

L'horloge qui marque la même heure depuis 3 ans.... Merde les horloges de toutes les facs se sont données le mot ou quoi ?Oh et je confirme, c'est bien Dieu qui a inventé les portables

pikipoki 15/02/2007 20:44

"une touffe de cheveux qui donnent pas envie d'être réincarné en peigne"Alors celle- là, je la retiens et je la ressortirai !