Conjuguer au passé

Publié le par astheny

Devant l'attente prononcée, je livre la fin de l'histoire.
C'est assez terrible, car il n'y a finalement pas grand chose à raconter. On s'est vu, on a discuté, on est allé dans un café, on a continué à discuter, puis elle est partie de son côté et moi du mien.
Rien de plus.

Mais c'est précisément ce rien qui fait tout.
Je n'ai pas ressenti de frisson en sa présence, je n'ai pas bu ses paroles avec ivresse, je n'étais pas sous l'effet d'un charme quand son regard plongeait dans le mien, je n'ai pas eu à réfréner d'élans ardents.
Aucune fièvre ne s'est emparée de moi, aucun brasier ne s'est allumé, je n'étais la proie d'aucune agitation, elle n'avait plus cette magie que je lui avait connue.

C'était prévisible, la passion fâne et meurt... même si l'on a du mal à y croire.
C'est... bizarre. Je tire enfin un trait sur cette histoire qui a été l'affaire de quatre ans de ma vie. J'ai l'impression que l'on m'a retiré quelque chose, qu'il me manque cette mélancolie avec laquelle j'avais pris l'habitude de vivre.
Mais ça va. Tout compte fait, je le prends plutôt bien.

Que faire de tous ces souvenirs maintenant ? Tous ces moments que j'avais gardés dans un coin de ma mémoire et qui, hier encore, avaient le pouvoir de m'envoûter : une promenade dans un parc parisien, des bastons de regard que je ne pouvais pas gagner, une tête s'endormant et se posant doucement sur mon épaule au hasard des virages d'une route...
Eux aussi ont perdu leur magie.

Le détail est drôle : dans le rer du retour, deux hommes sont arrivés avec leur guitare, se sont posés en face de moi et ont chanté pour les voyageurs. Un générique de fin pour mon histoire, que pouvais-je demander de plus ?

Soy un hombre muy honrado, Que me gusta lo mejor
Las mujeres no me faltan, Ni al dinero, ni el amor.
Jineteando en mi caballo, Por la sierra yo me voy
Las estrellas y la luna, Ellas me dicen donde voy

Ay, ay, ay, ay
Ay, ay, mi amor
Ay, mi morena
De mi corazó
n

Et pour la suite ?
J'aimerais dire que je suis devenu plus fort. Que désormais libéré, je vais me sentir plus léger et aborder sereinement une nouvelle étape de ma vie.
Mais ce serait mentir, je ne suis pas comme ça.
Concrètement, rien n'a changé. Je suis toujours le même, avec juste une petite pointe de désillusion en plus.

Publié dans Reportages sur ma life

Commenter cet article

cordelia 02/02/2007 19:03

alors bienvenue au club des "célibataires juste avant la st valentin". qui est une fête "commerciale" dont tout le monde en a rien à battre sauf .... les célibataires ! lol

Miladee 27/01/2007 17:31

Etrange la vie parfois...