Bus' stories : épisode 2

Publié le par astheny

Vous l'avez réclamé à corps et à cris, le voilà le voici, le nouvel épisode de Bus' stories (oui ça aurait pu rimer au singulier, pas de bol).
Pourquoi vous me regardez comme ça ? Si, si, je vous assure que des lecteurs ont réclamé la suite... C'était... euh... Par mail, voilà ! C'est pour ça que vous avez pas vu. Je reçois des masses de courrier de fans, faut pas croire.
Bref, commençons :

C'était une période de guerre civile en France. Les insurgés combattaient farouchement le gouvernement en place et ne cédaient pas un pouce de terrain conquis, que ce soit dans les rues ou dans les bâtiments publics. Les combattants de la justice se changeaient en barrières, les tables et les chaises en objets volants non identifiés, les trahisons et abandons étaient légion chez les puissants, c'était l'anarchie
, c'était en 2006.
Nom de code : CPE.

J'étais dans le bus donc (oui, ça risque d'être une constante de ce genre d'histoire), les yeux dans le vague, en train de rêver,
baigné de soleil et bercé par le doux chant des oiseaux gazouillant. Quand soudain...
Soudain, ils sont arrivés. Une bande de jeunes, du genre remuante et bruyante. Evidemment, ils se sont empressés de rejoindre la place qui leur est réservée, c'est à dire le fond du bus (ben oui, les poussettes ont leur place réservée dans l'espace vide en face de la porte de sortie, les vieilles sur les sièges de devant, et les jeunes au fond).
Ils ont commencé par s'autocongratuler de ne pas être allés en cours et d'avoir préféré faire grève. "Ah, les braves petits", me suis-je dit. Ils sont jeunes, mais ils se révoltent déjà contre le système qui essaie de les exploiter et de les écraser. Ils ne se laisseront pas faire, eux. Ils iront combattre les politiques sur leur propre terrain, les feront reculer de leurs arguments qui feront mouche tels des brulôts incandescents.
Ils se sont ensuite mis à parler plus vivement, et à lancer des "Villepin enculé !", "Sarkozy batard !", "A bas le CPE !", "Ouais le CPE c'est de la merde !",  "On encule le CPE !"...
Et là, un de demander : "Hey au fait, c'est quoi le CPE ?". Je dois bien avouer que le gros silence hésitant qui a suivi a quelque peu brisé mes espoirs en ces jeunes rebelles.

Voilà, c'était ça la chute.
Hmmm...
Bon, en bonus track, voilà un lien de la RATP assez étonnant : http://www.objectif-respect.org/
Bon, le propos est assez soporifique (frauder c'est pas bien, ouvrir les sièges à coups de cutter c'est pas très sympa et faut pas tatanner la gueule des vieilles qui veulent s'assoir) mais le site est assez bien foutu. Ca m'a amusé quelques minutes, donc je vous l'offre (je suis comme ça moi).

Publié dans Bus' stories

Commenter cet article