Constat de lâcheté

Publié le par astheny

Oui, oui, j'avoue, je suis un gros lâche.
Au départ, quand j'ai créé ce blog, j'étais plein de bonnes intentions. Je me disais : "stop à la dissimulation, bas les masques, je vais parler de moi, pour de vrai, sans artifice". Et au final, qu'est-ce que je fais ? Et vas-y que j'oscille entre le ton comique et le ton formel, je fais comme dans la vie, je mets mon masque et je me planque derrière, "salut, c'est moi Bozo, j'ai mon nez rouge et je viens faire mon numéro".

Du coup, le titre du blog est moyennement en adéquation avec son contenu. Pour ceux qui l'avaient pas vu, le titre c'est "Un coeur poussiérieux". Au départ, je comptais l'appeler "Une poussière sur le coeur", mais je me suis repris en me disant que ça ferait trop pompé sur le "crayon dans le coeur" de Laurel.
Et oui, je sais que le titre est cheum. Je songe à faire une jolie bannière, mais pour ça il faut de la créativité et du talent, deux talents qui me font cruellement défaut. M'enfin ça viendra un jour je suppose.

Mais bref, voilà, je relis ce que j'ai posté et finalement, ce n'est pas moi. Enfin, c'est le moi que je montre dans la vie, mais pas vraiment celui que je suis, ou que j'ai l'impression d'être.
Ca craint.
Est-ce que j'ai tellement pris l'habitude de me cacher derrière une armure que je n'arrive plus à la retirer ?

Parce que concrètement, quand je parlais de Nirvana, j'aurais pu dire que réentendre Kurt chanter, ça m'a rendu mélancolique toute la journée, que j'ai ressorti mes vieux albums de Nirvana en songeant au collège et à tous ces copains (et copines) qui ont complètement disparu de ma vie.
Et je ne l'ai pas fait.

Quand j'ai parlé de Loose Change, j'ai oublié de mentionner que la vision des images des attentats provoque toujours chez moi un grand coup dans le coeur, que je me sens faillir, que je dois retenir mes larmes et que ça m'arrive chaque fois que je suis devant un drame humain.
Ouep, j'ai oublié ça.

Quand je parle du bus, je ne dis pas que si je m'intéresse autant à ce qui se passe autour de moi, c'est pour éviter de n'avoir rien à faire et de me mettre à penser, parce que quand je songe, je réfléchis sur ma vie et franchement, c'est assez pénible.
Mais ça, je le dis pas.

Et quand je parle de Leroy Merlin, je... Ouais, non, là, je crois que j'ai rien occulté.

Bref, tout ça pour dire que je vais essayer vaguement de rectifier le tir. Je doute que ce blog ressemble jamais à un journal intime (dans la catégorie desquels il est pourtant répertorié), mais je vais tenter d'y mettre plus de choses personnelles, promis.

Et puis si ça marche pas, il me restera toujours le psy (j'ai toujours rêvé d'avoir un psy, pour pouvoir en parler comme Woody Allen).

Commenter cet article

Miladee 05/12/2006 21:48

C'est beaucoup plus difficile que l'on croit de se livrer sur un blog...