There should have been only one

Publié le par astheny

Pour introduire le sujet de ce soir, je vais être obligé de raconter un peu ma life de ces derniers temps.

Comme vous le savez peut-être déjà, j'ai fini récemment mon mémoire de ette année. Sauf que c'était pas vraiment fini pour de vrai puisque quand on a terminé la rédaction, il faut aussi passer une soutenance devant un jury. Et là, y'a eu un petit micmac, genre ma directrice de mémoire m'a reproché de pas lui avoir filé mon devoir à l'avance pour qu'elle ait le temps de le lire et m'a dit qu'elle devait étudier ça avant de fixer une date de soutenance. Du coup, j'étais dans une période de doutes et d'incertitudes (renforcés par le fait que je ne sais pas encore ce que je vais faire l'an prochain, étant donné que les entrées en Master 2 se font sur dossier de candidature et entretien). Je savais pas si j'allais passer en juin, en juillet ou carrément en spetembre. Je me disais que ça pouvait vraiment pas être pire.
Et bien ça pouvait. Ce matin, j'ai reçu un mail de ma chère directrice qui me fixe une date de soutenance mercredi prochain à 9h00. Sauf que mercredi prochain à 9h00, je suis convoqué à un entretien pour un Master 2 justement. Je lui ai donc renvoyé direct un mail pour lui demander si y'avait moyen de décaler la soutenance et, bien entendu, pas de réponse depuis.
Cool : je suis encore dans le doute et l'incertitude mais avec en plus une date butoir où ça va être bien la merde si c'est pas résolu d'ici là. Yeah, bien ouej.

Ca arrive souvent dans la vie : vous croyez que vous êtes dans une situation bien merdique, que vous avez touché le fond et paf, vous vous retrouvé embarqué dans un truc encore pire. J'appelle ça le "syndrome Highlander".
J'explique.

(pour ceux qui ne suivent pas, c'est la fin de l'intro)
(oui je sais, je suis balaise pour les intros)

Bon, tout avait bien débuté. Highlander, ça commençait avec ça :



Un thème original, un scénario pas trop mal, un méchant rigolo, un Christophe Lambert pas encore catégorisé top nanar (et oui, c'était avant Mortal Kombat, Beowulf, Fortress 2 et Vercingétorix), y'avait même Sean Connery et une BO de Queen.
Une histoire de gars immortels qui se décapitent les uns les autres et qui présente l'immortalité comme une malédiction, moi, j'achète.
Et puis Connor MacLeod, le Highlander de 500 ans qui se bat avec un katana, c'est stylé aussi.

Les problèmes ont commencé quand des gens pas malins ont essayé de donner une suite à un film qui ne permettait absolument pas qu'on puisse en faire une. Je veux dire, la fin de Highlander est un peu définitive. Il y avait moyen, pour faire un 2, de raconter un épisode de la vie de Connor MacLeod, mais certainement pas de pondre un scénario qui se passe après la fin du premier. Ben ils ont essayé quand même et c'était un peu "oh my god". Highlander 2, le Retour. Donc en fait les Immortels viennent d'une autre planète, du coup y'en a des nouveaux qui débarquent, et puis Sean Connery revient on sait pas trop comment et le film est construit pareil (genre le méchant du 2 il conduit un métro à fond et fait flipper tout le monde comme Kurgan conduisait sa caisse à fond pour faire flipper la nana du 1).
Le scénario était merdique, le mythe était défoncé, on ne pouvait pas faire pire. Et pourtant...

Est venu ensuite Highlander III. Cette fois-ci, le méchant est un black samourai mongol (on sait pas trop) qui fait des tours de magie. Il essaie aussi de se la jouer chelou comme les bad guyz des deux premiers mais ça fonctionne pas aussi bien. Ils auraient pu intelligemment placer cette histoire avant la fin du premier Highlander mais ces cons là ont préféré que ça se passe après (ce qui est complètement crétin au niveau de la crédibilité mais bon, on en est plus là).
Le scénario du III est inexistant. Il y a un méchant immortel qui veut tuer MacLeod et MacLeod va le tuer. Voilà, c'est à peu près tout ce que j'ai retenu de ce film.
Christophe Lambert était devenu carrément ringard, la storyline avait basculé dans une absurdité la plus totale, on ne pouvait pas faire pire. Et pourtant...

Vu que parallèlement à ça, il y avait eu une série qui avait pas mal de succès, quelqu'un a eu l'idée géniale de faire un film qui réunit le héros des films et celui de la série. Highlander Endgame ça s'appelle.
Bon, je n'ai jamais vu le moindre épisode de la série, j'ai donc découvert le personnage joué par Adrian Paul dans le film. Alors voyons... C'est un MacLeod aussi (quels étaient les chances pour avoir deux immortels dans la même famille hein ?), il est surnommé aussi Highlander et il se bat avec un katana. Waaaa... Je sais pas qui sont les auteurs de la série, mais on peut pas dire que la créativité leur sort par les trous de nez. En tout cas, nul doute qu'ils ont participé au scénar de Endgame parce qu'ils y ont injecté plein de personnages merdiques de la série qui servent trop à rien, genre le copain gardien de Duncan MacLeod qui lui sauve la vie en butant un autre gardien machin-truc. Autant dire qu'ils auraient pas mis de gardien, on aurait gagné du temps.
On apprend dans le film qu'en fait, tous les malheurs de Connor MacLeod ont été provoqué par un mec qui était dans la même tribu que lui, un immortel donc (oh putain, et de trois !) qui le suit depuis toujours pour lui faire des misères. Okay...
Du coup, comme il est super balaise, Duncan est obligé de buter Connor pour obtenir une super puissance d'immortel et latter la gueule du méchant dont j'ai oublié le nom.
Je tiens à souligner le fait qu'ils privilégient là cette grosse merde de Duncan qui n'est qu'une pale copie de Connor, mais bref.
Donc là, on arrive dans le kitsh le plus total. Même le perso principal, intéressant parce qu'un peu torturé par son immortalité, disparait au profit du pov' gars de la série (sa copine à lui est immortelle et elle est en vie à la fin, donc pas de souci). On se tape tous les boulets de la série en plus des casseroles déjà bien lourdes des films, on ne pouvait pas faire pire. Et pourtant...

Je l'ai découvert récemment, il s'appelle Highlander : The Source et c'est le cinquième film. Adrian Paul y joue toujours Duncan  dans une histoire où un groupe d'immortels partent à la recherche de la source de l'immortalité que protège un gardien balaise.
Et là...
Je vous assure, les mots sont insuffisants pour décrire ce que ça donne. J'ai donc sélectionné deux passages que je vais vous offrir tels quels.
(le son est décalé, surtout dans le deuxième, veuillez m'en excuser mais VirtualDub n'aimait pas le flux audio du film, ce que je ne peut pas lui reprocher d'ailleurs)
Le premier extrait est un dialogue entre Duncan et le Gardien. Admirez la grande crédibilité des acteurs, les mouvements de caméra judicieux et les sons qui accompagnent des mouvements de tête. C'est tout simplement génial.

 

Le deuxième extrait est un combat entre les deux mêmes. J'espère que vous saurez apprécier la bagarre de poussière du début, le procédé employé pour simuler des mouvements super rapides, ainsi que la femme toupie de la fin. Tout bonnement magnifique.
 

Franchement là, on ne peut pas faire pire. Si ?

Publié dans Reportages sur ma life

Commenter cet article

Marc 17/11/2007 03:13

lol ! Merci pour ce résumé d'Highlander...Je ne regrette pas d'avoir raté le 3,4,5 lol

Willywalt 02/07/2007 15:34

Les commentateurs ont été jusqu'à présent bien noyés par l'exégèse Highlander, mais ne perdons pas de vue l'essentiel car au final, qu'en est-il de mercredi, 9h. ?...Tu y vas au katana ?

Pandora 02/07/2007 09:41

La grande question que je me pose depuis le début moi, c'est pourquoi il ne doit en rester qu'un?L'autre question serait: comment se termine ce cinquième opus?La dernière est: pourquoi s'acharnent-ils à continuer?

Acet' 01/07/2007 00:19

J'ai pas honte de le dire, mais Highlander [La série...] du temps où ça passait sur M6, j'en loupais pas un seul... C'était comme Mac Gyver et Au-delà du réel. Les séries de ma jeunesse. Trop de bonheur.Bon par contre, j'ai honte de le dire ça, mais je suis une des rares sur cette planète à avoir vu Fortress 2.... Au cinema... Pardon...

franssoit 30/06/2007 10:09

On peut toujours faire pire.De la volonté, du talent, du travail. On peut.